The Wearability Project

The Wearability Project est un concept crée par Eléonore de Deer & Doe visant à rationaliser nos gardes-robes, plus spécifiquement quand il s’agit de home-made. En effet, tant qu’à passer des jours (et plus parfois) sur un projet, autant que ce soit utile.
C’est toute une réflexion autour de ce que l’on porte, ce qui nous va et ce que l’on aime.
Cela peut paraître stupide, mais ce qui nous plaît ne nous va pas forcément. Cela est d’autant plus vrai pour moi qui traîne sur les blogs couture. Je ne sais pas toujours prendre du recul sur les créas vues par-ci ou par-là, qui vont très bien à leurs propriétaires ou qui sont très en vogue à un moment précis. Je me laisse parfois influencer et ça ne fonctionne pas toujours…

Par exemple, je vois très souvent de très belles jupes Chardon de Deer and Doe, j’ai été très très tentée, à deux doigts d’acheter le patron (d’ailleurs si il n’avait pas été en rupture au moment où j’ai acheté ma blouse Airelle, je l’aurais pris…). Mais au fond de moi, je sais que j’ai un problème avec la taille haute, ça ne me va pas. J’ai très longtemps juré que par la taille basse.

Je suis hyper emballée par ce projet, qui me touche beaucoup car ce sont des questions que je me pose depuis longtemps. Sur le blog de L’échappée Laine (qui était avant aussi mon blog perso), j’avais commencé à réfléchir à cela mais autour du tricot, car je m’étais rendue compte que je ne portais pas ce que je tricotais et que j’en étais arrivée à ne faire que des accessoires…

Comme Eléonore, 50% de mon dressing n’est jamais porté. J’ai fait ces infographies pour analyser mon armoire (super simples à faire sur infogr.am) :

Capture d’écran 2014-01-18 à 18.22.52

Capture d’écran 2014-01-18 à 18.24.16
Constats :

  • Les pantalons, c’est fini. Je n’aime pas les jeans.
  • Je porte toujours les mêmes robes et jupes, certaines ne sont plus adaptées, je sais pourquoi : depuis 6 mois je vais travailler en vélo quand le temps le permet.
  • Les pulls que je possède ne sont pas adaptés à mes jupes
  • Du côté des gilets et des basiques, cela semble plutôt aller
  • Le nombre de pièces portées est restreint (si, 4 robes seulement, c’est pas assez !)

Capture d’écran 2014-01-17 à 20.13.33

Au moins, c’est clair ! Enfin, non c’est foncé.
Ok, je sors…
Mais bon, c’est quelque chose que j’ai envie de changer. J’aimerai toujours le noir, mais j’ai envie de réintroduire un peu de couleurs dans ma garde-robe.

Autre objectif, cerner et définir mon style.
A ce sujet, chez Colette, il y a un projet un peu similaire, The Wardrobe Architect :

The Wardrobe Architect

Là, il y a une dimension supplémentaire abordée, plus personnelle, peut-être plus délicate  : comment on se voit, comment on veut être vue ? Quels vêtements sont le reflet de nous-mêmes ? Quels vêtements sont adaptés à nos vies ?

Mais les deux projets ont finalement les mêmes buts : se constituer une garde-robe qui soit le reflet de nous, qui nous donne une image de nous (d’abord à nous) qui nous plaise et nous donne confiance en nous.
Moi ça me va et je suis à 200% !

Mes objectifs à travers ce projet :

  • Définir mon style
  • Coudre des pièces en accord avec mon style et adaptées à ma vie de tous les jours (travail, vélo…)
  • Coudre des pièces pour le tango (qui prend de plus en plus de place dans ma vie)
  • Ramener de la couleur
  • Mieux choisir les matières utilisées
  • Trouver des formes de pantalon en accord avec les objectifs ci-dessus

Rendez-vous à la fin de l’année pour voir les évolutions !

Advertisements

A propos Sandra

Un peu de couture, un peu de tricot pour une garde-robe faite maison !
Cet article, publié dans Blabla, Couture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour The Wearability Project

  1. bulle dit :

    C’est vrai que c’est un projet vraiment intéressant, qui nous pousse à réfléchir à nos pratiques. Pour moi, le problème devient plutôt l’achat des tissus, je stocke de manière irraisonnée.
    Quant à la jupe Chardon, franchement, essaie au moins de faire une toile, elle est vraiment flatteuse. On en parle quand on se voit ?

  2. Maggot dit :

    Très sympa ton approche du TWB ! Mais dis moi tu fais quoi dans la vie, on dirait une matheuse avec tes petits histogrammes c’est marrant ! (je suis matheuse hein donc ce n’est as une critique ^^)

    • 😀 En fait, je triche un peu, j’utilise infogr.am, c’est un petit site qui te permet de faire des infographies très facilement et comme j’aime bien les choses visuelles, c’est parfait ! Je m’occupe de la boutique en ligne L’échappée Laine et je suis peut-être un peu matheuse finalement, car le tricot c’est des règles de 3 et de la géométrie finalement. Ici, c’est mon espace perso pour la couture et tout le reste 🙂

  3. Mia-dodo dit :

    J’aime bien ces diagrammes!! Pour mon boulot j’en fais plein et je trouvais que mes bilans wearability project sonnaient assez « creux » sans petits schémas, parce que j’ai l’impression de faire que du blabla et que mon bilan n’est pas vraiment concret… Je risque de te piquer l’idée pour mon prochain bilan!

    • Sandra dit :

      Mais pas de soucis ! Je les ai laissés tomber car maintenant, je sais comment savoir si une pièce cousue convient, c’est les règle des 3 « O » : boulot, vélo, tango ! Ajoutant à cela le fait que la cousette soit facile à assortir au dressing ou pas, et voilà !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s